Soirée Purée Jambon en détail

Publié le par Gibouley

Depuis que nous avons lancé le concept des soirées « interdit au plus de dix ans », on sent comme un bruissement dans le petit monde des noctambules parisiens. « Quoi qu'est ce que c'est, une soirée underground et branchée à laquelle je ne suis pas convié ? » ; « T'as réussi à pécho un flyer pour la soirée Purée Jambon ? » ; « Trop mortel de la balle ce truc, il me faut un pass VIP x 2 ! » ; « C'est pas une nouvelle idée de Jean Roch ça ? Non ? » ; « Oh les boules, j'ai loosé la seule soirée mensuel du concept-store de la rue Durantin ! C'est quand la prochaine déjà ? », etc., etc. Amis de la nuit, pas la peine de pleurnicher ni d'essayer de vous incruster ! Cette soirée-là n'est pas pour vous ! Z'avez dépassé la limite d'âge, vous n'êtes pas concerné, trop vieux, trop périmés, trop formatés (par les nuits parisiennes peut-être ?). Ces soirées-là appartiennent exclusivement à ceux pour qui le rêve, la fantaisie, les rires (et les chants comme dirait le gentil monstre orangeade), le délire innocent, les doudous réconfortants, les fabulettes, les petites voitures ou encore les barbouillages riment avec présent. Ces soirées-là disais-je, c'est que pour les enfants. Les vrais, ceux qui se coltinent leurs 8 heures d'école et cours de récré par jour sans jamais manifester, ceux pour qui la vie parisienne si trépidante n'a rien prévu après 19 heures 30. Des petites personnes qui doivent se contenter, tous les soirs ou presque de la routine : dîner/jeux-ou-télé/brossage de dents/histoire/bonne nuit mon petit. C'est pour tous ceux-là, pour qu'ils savourent eux aussi de temps en temps une fin de journée festive et décontractée, une sorte de before quoi, que nous avons créé ce rendez-vous mensuel du mardi soir de 19h30  à 21h30. Pendant ce temps-là, les grands, leurs parents ont l'autorisation de souffler, de siroter un verre dans un endroit ennuyeux, bruyant et enfumé, de dîner en tête à tête comme deux jeunes tourtereaux (sans se stresser pour la baby sitter !). Les papas et les mamans sauront bien se débrouiller. Voilà, maintenant, vous en savez un peu plus mais, comme rien ne vaut un petit reportage in vitro, on vous livre en exclu mondiale quelques images et impressions de nos deux dernières éditions. Pour la soirée du mardi 20 juin, Laurence se charge de la résa.
19H37 : Bon, là, c'est le débût de la soirée, les parents viennent tout juste de nous laisser et on a déjà un petit peu faim. Alors, on s'installe tranquillou à nos petites tables. Et, comme par magie, nos assiettes colorées se garnissent d'une délicieuse purée maison accompagnée d'une jolie tranche de jambon au torchon. Trop bon…


20H12 : Début de l'atelier avec Maé. Au programme, ce mardi-soir la réalisation de marionnettes avec des chaussettes (neuves). Evidemment, on a un petit effort de concentration à fournir parce qu'il va falloir manipuler des morceaux de tissus, de la feutrine, de colle à tissu, des ciseaux, de la laine et… nos chaussettes. Enfin bon, pas la peine non plus d'être au collège pour faire des merveilles. Regardez Etienne (5 ans) et Victor (7 ans) en pleine action et sans l'aide d'un grand.Trop fastoche !



20H38 : Suite de l'atelier mais, diantre !,  les participants ont changé  ! Normal, ce cliché a été pris au cours d'une autre soirée Purée Jambon. Cette fois, il s'agissait de réaliser des pantins articulés. Les habitués des lieux reconnaitront sûrement Laurence, âme de Purée Jambon, en pleine action auprès de la pitchounette Camila, 3 ans  seulement. Manola, 9 ans, semble, elle, très absorbée par son activité et Joséphine vous offre un adorable sourire.



21H14 : La soirée va bientôt s'achever. Des paillettes de sommeil brillent dans les yeux des plus petits, ravis comme les plus grands d'avoir veillé un peu plus tard que d'habitude. Dans quelques minutes, les parents vont arriver. On pose avec nos créations, juste histoire de vous montrer un morceau de cette improbable soirée. Pour les vrais souvenirs et les rires, ça restera un secret, faut pas pousser…

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article