Bizot : La branchitude débranchée…

Publié le par Gibouley

Ce post-là n'est pas totalement happy… Loin s'en faut… Désolé je n'ai pas pu m'en empêcher…  ce lundi 10 septembre est un jour "mauvais" comme l'a écrit Gérard Lefort dans le Libé du jour. Un grand bonhomme, foutraque, créatif, délirant, rare, turbulant, toujours "branché" quand ce terme inventé par lui se fanait est parti rejoindre remixer ou remiser comme vous voudrez son freestyle underground, précurseur et rebelle, ailleurs, au-dessus diraient ceux qui n'ont jamais eu la chance de cotoyer ce bonhomme toujours un peu au-dessus justement : Jean François Bizot, père d'Actuel, de radio nova, de novamag, défricheur de la génération Canal (celle qui s'est évaporée il y a déjà quelques années), du Hip-hop, de la sono mondiale (la world music vous savez) aussi, marieur de talents improbables et de bricoleurs déjantés a filé. Un moment de faiblesse définitif de ce grand bonhomme de presse, de cet écrivain pas assez reconnu (essayez son roman Les Déclassés, vous comprendrez), de cet empécheur de ronronner en rond qui va, du coup nous/me manquer… J'ai connu, cotoyé, suivi pendant une belle poignée d'années JFB, pour le meilleur souvent, le relou de temps en temps, le meilleur finalement. Peut être que j'ai glissé ici où là, dans nos posts, à l'espace-boutique de minuscules morceaux de ce patrimoine un tantinet psychédélique. God save JFB… I will miss U …
Et la vie continue et les aventures de Purée Jambon avec !!!

Publié dans Impression(s) du jour

Commenter cet article

Rouge Nahsam 20/10/2007 00:32

Non ! Un Monde Little, c'est au 17 rue Bouffard ...